Blog

stockage cloud

Le cloud est l’avenir du stockage

Aujourd’hui, la virtualisation, la dématérialisation est un des enjeux principaux pour les équipes informatiques du privé comme du public. En effet, cette méthode permet d’accéder à tout, partout, de partager plus facilement l’information, d’intensifier le collaboratif et donc de gagner du temps. D’un point de vue technique et financier, le cloud couplé aux solutions open source, serait un excellent moyen de s’affranchir du contrôle de certains fournisseurs et de leur licence et ainsi de réduire les coûts.

 

Avant le cloud, les data centers étaient la pierre angulaire du partage d’information. Cependant, les applications avaient toujours besoin de plus de puissances de traitement ou de plus de stockage, les racks sur les serveurs s’empilaient donc ainsi augmentant très significativement les factures d’électricité. Lors de périodes où l’activité sur les applications était moindre, l’infrastructure restait la même et était alors sous-utilisée. La gestion des coûts n’était vraiment pas optimisée.

 

La virtualisation amène aujourd’hui une capacité de traitement énorme avec une gestion des ressources à la demande. La puissance du système est donc mieux contrôlée et les coûts avec. Les fournisseurs des applications logicielles n’ont plus le monopole ; ceux qui fournissaient avant les serveurs envahissants sont aujourd’hui séparés des fournisseurs d’équipement matériel. La dépendance est donc bien moindre face à une époque ou un éditeur d’application vous vendez avec le serveur pour l’utiliser.

 

Le cloud est bien synonyme de réduction de coût, de gestion des performances et d’indépendance vis-à-vis des fournisseurs applicatifs.

 

Maxony vous propose plusieurs solutions de virtualisation. Le département IT vous invite à tester ses applications à la demande, hébergées dans le cloud afin de libérer de l’espace sur vos machines et vos serveurs et de vous affranchir des limites de performances.

 

Source : L’avenir du stockage passe par l’Open Source et le cloud, Julien Niedergang, Suse

Poster un commentaire